26/01/2014

Portrait de la femme fatale des années 1950

Janet LeighC'est une ambassadrice de charme, celle d'une époque respirant la joie de vivre, où tout est beauté, élégance et invitation au rêve : mode, cinéma, voitures...

Chic et raffinée, elle accorde une attention de tous les instants à son apparence physique. Même au naturel, elle est toujours fraîche, pimpante, élégante, bien habillée et bien coiffée. Elle aime mettre sa féminité en valeur et ne ménage pas ses efforts pour façonner sa silhouette suivant les canons de la mode.

Corsets et gaines affinent sa taille de guêpe tandis qu'un soutien-gorge spécialement rembourré lui donnera de beaux seins pointus défiant la gravité. Et si l'heure n'est pas encore à la minijupe, notre belle aime montrer ses jambes et les galber dans des bas nylon. Pour le reste, qu'elle soit en robe, en jupe ou en pantalon, sa préférence ira aux tenues soulignant les courbes de son corps sculptural.

Côté coiffure, elle porte volontiers les cheveux courts ou bouclés et s'adonne aux joies des colorations, se changeant tantôt en blonde platine, tantôt en rousse flamboyante. Quant à son maquillage, intense sans être outrageux, il ne fait qu'accroître encore un peu plus son sex appeal, déjà bien torride.

On l'aura compris, notre vamp des années cinquante aime se la jouer sexy : les décolletés plongeants ne lui font guère peur et il lui arrive même de dévoiler pudiquement ses charmes de déesse devant les objectifs. Mais, pour rien au monde, elle ne veut tomber dans la vulgarité et sa sensualité à fleur de peau cohabite en parfaite harmonie avec une nature douce, sentimentale et romantique, on ne peut plus féminine. Fantasme inaccessible pour les hommes, modèle de grâce et de beauté pour les femmes, elle ferait tout aussi bien une épouse et une mère de famille modèle.

Les commentaires sont fermés.